Le fronton de 1615

Bouxwiller a le privilège de posséder, sur l'arc d'une entrée de cave, rue du Canal, l'une des plus anciennes incriptions hébraïques d'Alsace. Contrairement à la plupart des inscriptions, perpétuant le nom du propriétaire initial, nous avons ici le rappel d'un jour précis de l'an 1615, correspondant pobablement à une inauguration. Hypothèse renforcée par les initiales Zaïn - Lamed, pour "Zekher Lemikdash", "Souvenir du Temple (détruit)", référence à l'obligation de tempérer, par ce rappel, la joie d'un événement heureux. Entrée d'un Mikwé (bain rituel), d'un Beth Midrash (maison d'études) ? Rien ne permet de le dire.

inscrip-1-0.JPG

L'inscription sur le fronton et sa transcription

(à droite)

Cette inscription risquait d'être endommagée ou de diparaître dans le ravalement de la façade, prévue par le propriétaire, Monsieur Sorg. L'Association des Amis du Musée Judéo-Alsacien de Bouxwiller (AMJAB), dont les objectifs statutaires couvrent aussi la protection du patrimoine judaïsme d'Alsace, a proposé en 2001 de faire intervenir - à ses frais - un spécialiste, non seulement pour restaurer l'inscription couverte de peinture, mais aussi pour consolider et reconstituer tout l'ouvrage en pierre : l'arc se disloquait d'année en année et les pieds-droits, rongés par l'humidité, tombaient en poussière...

 

L'AMJAB a confié ce travail à un vieil ami : Laurent Quilici, maître tailleur de pierres, "Meilleur Ouvrier de France", "Compagnon du Devoir"... Il avait déjà taillé dans le grès massif les splendides répliques des pierres tombales d'Ettendorf, datées de 1608 et 1610, visibles au Musée. Avec minutie, de main de maître, Laurent Quilici a conduit cette restauration, sous l'oeil admiratif des gamins du quartier, à la plus grandesatisfaction de M. Sorg... et de l'AMJAB. Exemple heureux d'une collaboration entre un propriétaire conscient de la valeur de ces traces du judaïsme et une Association prête à apporter son soutien...