Les Plantes de la Bible et du Coran

 

Dans sa conférence, Béatrice Sommer s’est révélée être experte à la fois de la botanique et de l’histoire sainte. Diaporama à l’appui, elle a captivé un auditoire d’une cinquantaine de personnes en leur présentant les fruits de ses recherches en se limitant toutefois aux jardins et aux vergers d’Alsace. Elle a observé que, dans le Coran, seules 23 plantes sont citées, alors que dans le Pentateuque de la Bible comme dans la Torah, on cite 130 espèces de plantes, dont peu de fleurs.

 

Elle a parlé des emblématiques, tel l’olivier dont le rameau est un symbole de paix qui est cité une cinquantaine de fois dans la Bible et six fois dans le Coran, en montrant comme exemple l’image de celui du Bastberg.

La vigne est mentionnée 54 fois dans la bible et 11 fois dans le Coran. Selon la Genèse, « Noé fut le premier viticulteur, il planta une vigne » parfois symbole de la fécondité féminine. » Le troisième était le figuier. « Si, en occident, on a longtemps parlé des feuilles de vignes pour couvrir la nudité du premier couple au paradis, c’est de feuilles de figuier qu’il s’agissait », ajouta-t-elle avec malice.

Dans la catégorie des légumes, l’intervenante a présenté un bel éventail d’exemples allant des oignons à la pastèque, en passant par les lentilles. Elle a encore recensé huit herbes aromatiques dont la coriandre et la nigelle, des fleurs comme la rose, le lis, les chardons et les ronces.

Après de copieux applaudissements, elle a conclu en invitant les participants à se rendre dans leur jardin, lieu d’émerveillement de détente et de méditation.

Extrait des DNA du 17 avril 2016

DSCBéa_edited.jpg